Vous êtes ici: Accueil » ARTICLES » L’IMPACT DU TAMBOUR SUR LES MÉMOIRES CELLULAIRES

L’IMPACT DU TAMBOUR SUR LES MÉMOIRES CELLULAIRES

Il réveille nos mémoires cellulaires. Tout est présent dans chacune de nos cellules. Et de plus en plus, la mémoire nous revient. Nous nous souvenons de qui nous sommes, de ce que nous étions et de ce qu’il adviendra de notre futur. L’année 2008 se veut une année qui fait appel à l’Unité. La Terre, en ce moment, comme nous savons toutes et tous, appelle à la guérison et à la paix. Le tambour contribue depuis toujours à la guérison individuelle et collective. Il permet de changer toutes nos énergies négatives en énergies positives.

Il donne un second souffle à tout ce qui se passe dans nos vies et une joie de vivre lorsque nous prenons le temps de nous amuser et de chanter au rythme des tambours.

Depuis une trentaine d’années, je travaille de par ma fonction de thérapeute et de musicienne, sur les mémoires cellulaires. Le travail comme thérapeute en INTÉGRATION POSTURALE m’a permis de donner de nombreuses sessions individuelles à plusieurs personnes. Le travail en profondeur sur les fascias (l’enveloppe des muscles) permet de dénouer des nœuds et redonner la souplesse et la fluidité aux différents corps : physique, mental et émotionnel. C’est alors que les personnes se souviennent d’événements et de traumatismes du passé, demeurés enfouis dans les tissus et oubliés avec le temps (blessures relationnelles, souvenirs d’enfance, accidents ou agressions). Tout ce qui n’est pas encore guéri, a une cause à effet sur le quotidien de chacun.

Avec les années, plusieurs blessures de toutes sortes ont émergé chez mes clients en sessions individuelles. Parfois, même la mémoire de vies passées chez certaines personnes, ayant une influence dans cette vie, a fait surface.

En parallèle, ayant développé l’enseignement du tambour, particulièrement le djembé et l’approche chamanique, je me suis rendu compte que le travail du tambour en petit groupe réveillait aussi des mémoires cellulaires. À force de jouer durant de longues heures, de créer les états seconds ou états de transe, les personnes se souviennent d’une situation, d’un événement de vie passée, d’un lien d’appartenance à un lieu, de reconnaissance d’âmes et ressentent et vivent différentes émotions. Par les différents groupes chamaniques que j’anime et organise, j’ai réalisé que le tambour réveillait les lieux où nous étions et faisait renaître les mémoires collectives davantage que les mémoires individuelles. Le passé, le présent et le futur ne font plus qu’un. À maintes reprises, j’ai eu l’occasion durant les ateliers de franchir, ce que j’appelle le « corridor du temps ». Le monde invisible devient visible et se manifeste de différentes manières. Le temps s’arrête, chaque personne présente reçoit de l’information pertinente à la mémoire de tout le groupe. Tout devient important, le chant d’un oiseau, la manifestation d’un chevreuil, d’un chien, d’un loup, la danse des étoiles, un vent léger ou le déchaînement des éléments, un rêve, etc. « Je me souviens » prend alors tout son sens.

Les ingrédients essentiels à tout ceci sont : l’ouverture du cœur des personnes impliquées, un coin de terre, des lieux sacrés, de l’eau, de l’air et du feu. Ajoutons à cela les tambours qui résonnent à toute heure du jour et de la nuit, les rituels, les méditations et le travail émotionnel. Les vieilles blessures peuvent ainsi réapparaître au grand jour et disparaître à tout jamais. Comme nous vivons sur le continent rouge, bien sûr le tambour réveille avant tout nos mémoires amérindiennes, nos ancêtres, le sens du sacré et ces rituels universels qui sont à l’origine des temps. Certaines personnes se souviennent de l’époque des atlantes ou des lémuriens. Et la présence d’autres formes de vie à travers le monde des étoiles deviennent aussi perceptibles. Par expérience, ce qui remonte à la surface, sont en fait des prises de conscience pour chacun d’une réalité, des univers parallèles, des changements à faire dans son quotidien. Dans le travail du nettoyage d’un lieu et de nous-mêmes, souvent se manifestent des traumatismes non réglés, de la reconnaissance d’âmes, de grands amours inachevés et parfois la manifestation de groupes d’âmes errantes qui ont besoin d’un rituel de passage pour continuer leur évolution. Actuellement, dans notre ère d’ascension l’ensemble des éléments se met en branle pour que nous puissions faire le passage. La mémoire revient et les prises de conscience appellent à la guérison pour repartir à zéro, libre de tout « karma ».

C’est ainsi que le tambour devient un objet de pouvoir et de transformation. Il facilite l’ouverture et le lâcher-prise. Il permet de faire le vide, de se centrer, de s’enraciner et de se reconnecter à la terre. Le son, les vibrations, la résonance permettent une transformation profonde au cœur de l’âme de ceux et celles qui vivent tout le processus. Il permet donc entre autres, une grande guérison d’époques difficiles comme celles des massacres, de combats, de morts violentes, des états de survie et guérison individuelle de tous ces traumatismes enfouis. Aujourd’hui, les 400 ans d’histoire de la Ville de Québec nous rappellent notre histoire et nos racines. Le travail de guérison peut se faire en douceur et s’harmoniser à travers le rassemblement, la fête et la magie du tambour.

Tout ceci dans le but de créer l’harmonie et la paix en nous-mêmes et sur la planète. La résonance du tambour permet la communication authentique et le rassemblement certain de différents peuples, groupes ethniques et personnes de différentes générations. Il crée l’unité en soi et amène la guérison des âmes pour un monde meilleur.

Je peux vous dire que l’exploration du monde des percussions réveille nos mémoires. Si vous vous sentez appelés par la magie du tambour, c’est avec plaisir que je pourrai partager mon expérience avec vous.

Avec les années, j’ai créé et j’offre toute une série de cours pour tous les goûts. Voici les activités offertes dans les prochains mois dans la région de Québec.

SESSION HIVER 2008

13 février au 30 avril : SÉRIE DE 12 COURS RÉGULIERS DE PERCUSSION
Tous les mercredis soirs et jeudis après midis de 13 h 30 min à 15 h 30 min ou de 19h à 21 h pour apprendre à jouer du djembé. Vous apprendrez les frappes de base, du vocabulaire et différents rythmes traditionnels africain, afro-américain, ou compositions personnelles, en plus des jams collectifs. Le cours débute par une période d’échauffement, mouvement, danse, relaxation dans le but de favoriser l’apprentissage.

22-23-24 février :  WEEK-END TAMBOUR ET MÉDITATION
Atelier intensif pour ceux et celles qui aimeraient apprendre à jouer du tambour en intensif plutôt que sur une base régulière.
L’atelier est non résidentiel et est soutenu par des méditations actives et certains exercices favorisant l’apprentissage. Pour les gens de l’extérieur, il est possible de se loger près du lieu de l’atelier à des prix modiques.

20 février, 21 mars, 19 avril : SOIRÉES PLEINE LUNE
Méditation de la pleine lune au tambour dans la tradition amérindienne et partage d’évènements importants.

26 janvier, 16 février : JOURNÉE DE MÉDITATION ET TAMBOUR
15 mars, 19 avril : Journées pour célébrer, méditer et jouer du tambour.

23-30 janvier, 6 février : SOIRÉES D’INFORMATION ET D’EXPÉRIMENTATION
Rencontres d’information gratuites pour échanger et expérimenter la magie du tambour avant de s’inscrire à l’une ou l’autre des activités offertes cette année.

Pour plus d’informations, ou pour faire partie de la liste d’envoi, n’hésitez pas à me contacter :

ILA POTVIN
Productions Tamtaméther
Tél. : 418 878-2121
Site : www.tamtamether.com
Courriel : [email protected]

Pour en savoir plus sur l’auteure, nous vous invitons à visiter sa fiche sur Alchymed.

 

A propos de l'auteur

ILA est thérapeute, massothérapeute (membre de la FQM) et musicienne professionnelle depuis près d'une quarantaine d’années. Elle est l'auteure des CD ILADI RUMBA, LE FEU SACRÉ et AU COEUR DU ...

Nombre d'entrées : 17
0 comments

© 2016 Copyright - Les Productions Alchymed inc.

Retour en haut de la page