Vous êtes ici: Accueil » ARTICLES » Notre vie, entre parenthèses

Notre vie, entre parenthèses

Surfant sur le net, je tombe une fois de plus sur ce court article citant les plus grands regrets des mourants. Si je tente de les résumer et de les consolider tous, je comprends que le plus grand regret de chacun au déclin de la vie, est celui de ne pas s’être aimé suffisamment, d’avoir mis sa « Vie » entre parenthèses, en veilleuse, afin de répondre à ce que l’on attendait de soi; parents, amis, employeurs, société…

Anne-Givaudan#4Avec Anne Givaudan

Nulle surprise alors qu’une majorité de nous traversions une partie ou l’entièreté du temps qui nous est imparti sur Terre traînant le pas, comme des condamnés, et ce, souvent très tôt dans la vie.

« Lorsqu’en mon cœur s’ouvre l‘écoute totale du chant de votre monde, je ne perçois trop souvent qu’une grande plainte. C’est la plainte d’une vague qui, ayant oublié qu’elle est l’océan entier, croit s’échouer sans but sur d’incompréhensibles récifs. Cette vague, bien sûr, c’est votre humanité et chacune des gouttelettes qui la composent a le visage d’une âme qui attend son heure, lovée sur elle-même dans le ventre d’une mère.

Que disent-ils ces visages? Ils parlent d’un soleil déjà loin en eux et dont ils ont peur de ne pas avoir emporté quelque éclat pour se souvenir… Ils disent « je ne voulais pas revenir! »

Ne l’avez-vous jamais entendu, ce soupir des êtres qui s’en reviennent vers la Terre, une valise au bout de chaque bras? C’est à lui et à chacun de ceux à qui la vie pèse que je dédie ces paroles, afin qu’ils apprivoisent la joie. » – Par l’Esprit du Soleil, Éditions S.O.I.S.

Pourtant, au crépuscule de la vie, bien qu’au travers de regrets, nous semblons reconnaître qu’il était possible de faire autrement, de cueillir cette joie, ce bonheur, si seulement nous nous étions aimés plus. Si seulement nous avions été conscients de cette Vie qui nous porte, tout comme nous la portons en nous; et que nous avons, par erreur, réduite à l’échelle de l’incarnation du moment, confondue avec cette dernière. « Toute douleur naît du fait de ne pas laisser circuler la Vie à travers soi, en absolue liberté. »

« Pour beaucoup d’entre vous, revenir en ce monde représente une douleur, douleur dites-vous d’avoir à livrer un combat pour toute chose pouvant procurer un peu de bonheur, mais douleur, vous dis-je plutôt, devant la crainte de vous trouver face à vous-même.

En vérité, mes amis, la matière qui vous accueille est un miroir. Elle vous renvoie – et vous l’avez su avant même votre premier battement de cils – l’image infaillible de ce que vous vous limitez à être, puis de ce que vous n’êtes pas encore… Ne l’accusez pas de semer la maladie dans les âmes alors qu’elle peut devenir au contraire son possible médecin.

Dans le sein de sa mère, le fœtus que vous étiez appréhendait déjà de devoir bientôt ouvrir ses bagages et d’y découvrir tout un attirail encombrant. Il appréhendait cet instant, mais pourtant c’était bien lui qui l’avait savamment conçu. N’allait-il pas enfin satisfaire de vieux désirs, recommencer tel jeu auquel il pourrait montrer qu’il est le plus fort… et régler, il le faut bien, quelque ancienne dette?

L’hésitation a commencé là, première raideur, née de la peur terrible de ses petitesses et du besoin impérieux de prouver sa grandeur. Vous souvenez-vous? Il n’est pas un être sur cette Terre qui, dans le silence et l’obscurité de l’athanor maternel, ne se soit semé lui-même (…) »
Par l’Esprit du Soleil

Je me demande alors, que comprenons-nous au juste de notre naissance, de cette vie terrestre à laquelle nous semblons contraints et de notre fin imminente? Nous débarquons ici amnésique et, les jours et les années passant, nous succombons bien souvent à l’illusoire tourmente pour terminer notre vie regrettant de ne l’avoir, au final, vécu…

 

Atelier Naître et renaître

À travers son expérience des mondes et des dimensions non physiques, Anne Givaudan a acquis une approche très particulière de la naissance et de la mort qui permet de poser un autre regard sur ces moments uniques qu’ils représentent. Accompagnée de son conjoint Antoine Ashram, elle nous invite à plonger au cœur de ces étapes importantes de notre incarnation, ayant comme résultante une vie mieux vécue. Nous pleurons les morts et nous fêtons les naissances sans savoir que de l’autre côté du voile les données sont inversées. Alors, faut-il se réjouir ou pleurer? Anne nous aide à trouver des réponses : Comment aider une âme qui s’incarne? Comment mieux comprendre ce que nous sommes venus faire sur cette planète? Qu’avons-nous vécu lors des neuf mois précédant notre naissance? Lors de l’atelier « Naître et renaître », nous aurons avec Anne et Antoine trois jours pour toucher du doigt ces grands moments de vie afin de reprendre en main notre histoire et de rendre notre vie plus belle et plus joyeuse. Afin de faire place à la Vie dans notre vie… maintenant sans parenthèse…

Par Viviane Turgeon

 

Atelier Naître et renaître – Voir section des ateliers pour descriptif de cette formation sur:0
http://alchymed.com/auteurs/anne-givaudan/#ateliersFormations
22 au 24 mai 2015
Hôtel Chéribourg – Magog
2603, chemin du Parc
Orford (Québec)  J1X 8C8

Pour informations ou inscription :
Lilly Bérubé [email protected] (418) 654 1404
Rita Paquet [email protected] – (819) 357-1684

Pour vous procurer le livrePar l’Esprit du Soleil – dont les extraits apparaissent dans ce texte :
http://yvonturgeon.drupalgardens.com/

A propos de l'auteur

Voilà déjà plus de 21 ans que Anne Givaudan écrit des ouvrages traduits et vendus dans de nombreuses langues… ouvrages novateurs puisqu’à l’époque des tous premiers livres, les mots de " ...

Nombre d'entrées : 27
0 comments

© 2016 Copyright - Les Productions Alchymed inc.

Retour en haut de la page