Vous êtes ici: Accueil » Lire c'est grandir » VAINCRE L’ANOREXIE

VAINCRE L’ANOREXIE

Reprendre un poids normal n’est pas seulement indispensable pour retrouver une bonne santé physique, comme arrêter la progression de son ostéoporose, mais aussi pour augmenter ses chances d’avoir des enfants.

Supprimez vos comportements anorexiques
Améliorez votre santé par une reprise de poids

Pour vous débarrasser des conséquences négatives de votre anorexie, vous devez reprendre du poids. Vous devriez progressivement restaurer votre poids d’avant l’anorexie. Si vous étiez réellement en surpoids avant la maladie, il n’est peut-être pas nécessaire de retourner à ce poids. Vous pourriez viser un poids inférieur mais suffisant. Veillez à reprendre un poids qui vous permette de retrouver vos règles naturellement, c’est-à-dire sans produit de substitution hormonale, sans pilule contraceptive. Ce poids est probablement proche d’un indice de masse corporelle de 20 (voir l’encadré ci-dessous). À ce poids, vous avez de bonnes chances de retrouver vos règles dans les 6 mois qui suivent cette reprise de poids ou même parfois un peu avant. Si vous ne savez pas quel poids reprendre, demandez conseil à votre médecin traitant.

L’indice de masse corporelle et l’état de santé
L’indice de masse corporelle ou indice pondéral se calcule en divisant le poids par la taille au carré. Par exemple, une femme mesurant 1,68 m et pesant 44 kg calculera son IMC ainsi

44
(1,68) x (1,68) = 15,6

La plupart des jeunes femmes adultes ont un IMC de 20-21. Chez elles, un « poids normal » peut varier entre un IMC de 18,5 et 25. Un IMC inférieur à 18,5 correspond à un sous-poids. Un indice pondéral inférieur à 17,5 correspond au critère de poids de l’anorexie mentale. Plus cet indice est bas, plus importante est l’anorexie. Un indice inférieur à 17,5 nécessite un traitement. Un indice inférieur à 16 nécessite un bilan médical, voire une hospitalisation.
Où vous situez-vous ? Quel est votre indice pondéral ? Avez-vous encore naturellement vos règles ?

Reprendre un poids normal n’est pas seulement indispensable pour retrouver une bonne santé physique, comme arrêter la progression de son ostéoporose, mais aussi pour augmenter ses chances d’avoir des enfants. C’est aussi indispensable pour sortir de la logique infernale de l’anorexie. Comment voudriez-vous ne plus contrôler votre poids et votre silhouette si vous continuez à refuser un poids normal, si vous restez obsédée par la minceur, les calories, la balance, le sport ? Comment ne plus adopter de comportements anorexiques si vous restez braquée sur un poids précis ou sur une silhouette particulière ? Comment sortir de l’anorexie si vous pensez qu’il est possible de manger normalement sans reprendre du poids ?

Sortir de l’anorexie, c’est faire le deuil du contrôle absolu de son corps. Cela ne signifie pas devenir obèse pour la cause. Cela nécessite de retrouver un poids raisonnable pour son âge et pour sa taille, un « poids d’équilibre ». Ce poids correspond le plus souvent au poids qui a précédé le régime initial. Pour accepter cette idée et restaurer ce poids, il faudra comprendre les raisons qui vous ont conduite à faire un régime. Il vous faudra comprendre que vous avez pris votre corps pour cible alors que vos difficultés étaient ailleurs. Il vous faudra trouver d’autres solutions pour affronter et gérer vos problèmes plutôt que vous réfugier dans la maladie. Enfin, et c’est souvent ce qui est le plus difficile à faire, il faudra vous obliger à manger en dépit de vos peurs, de votre culpabilité et de vos sensations physiques d’inconfort.

• Essayez de reprendre plus ou moins 500 g par semaine, en augmentant progressivement vos quantités alimentaires et en diversifiant vos aliments. Sachez que, en reprenant une alimentation proche de celle de votre entourage, il est tout à fait normal de reprendre un à deux kilos la première semaine. Ne vous alarmez pas. Cette reprise de poids rapide traduit simplement une réhydratation de votre organisme. Une fois votre corps réhydraté, votre poids ne continuera pas à augmenter si vite.

• Pesez-vous une fois par semaine à jour fixe, le matin par exemple, et inscrivez votre poids dans votre carnet alimentaire ou sur une feuille récapitulative séparée. Vous saurez ainsi si vous parvenez ou non à restaurer progressivement votre poids.

• Fixez-vous des objectifs intermédiaires comme reprendre d’abord 2 kg, puis une fois ce poids atteint, fixez-vous à nouveau un nouvel objectif de reprise de poids, comme 3 kg supplémentaires par exemple. Ne vous découragez pas trop vite de ne pas y arriver facilement. Continuez vos efforts, vous en serez récompensée. Si au bout de quelques semaines vous constatez que vous n’y arrivez pas, demandez conseil à votre médecin. Parfois, l’aide d’une diététicienne peut vous stimuler, si vous respectez le schéma alimentaire prescrit. Vous pourriez aussi observer ce que mangent les filles de votre âge et essayer de les imiter. Vous pourriez aussi demander à l’un de vos parents ou à votre conjoint de vous servir une portion « normale ». Libre à vous après de la manger ou non, mais vous saurez ainsi ce qu’il conviendrait de manger. Si malgré tout vous n’arrivez pas à reprendre du poids, adressez-vous à un psychiatre ou à un psychologue spécialisé dans le traitement de l’anorexie.

• Ne vous fiez pas à votre impression de vous être suffisamment servie ou d’avoir assez mangé. N’oubliez pas que votre alimentation est devenue restrictive, que vous mangez animée par la crainte de grossir et que vous avez appris à votre organisme à ne plus tenir compte de la faim. Par conséquent, n’attendez pas d’avoir faim pour manger. Mangez plutôt quand c’est l’heure de le faire. Pour savoir si vous avez assez mangé, ne vous fiez pas à votre impression de satiété. N’oubliez pas que les personnes anorexiques se sentent rapidement ballonnées en mangeant et en infèrent à tort qu’elles ont suffisamment mangé. Pour savoir si vous mangez assez, consultez votre balance ou l’avis de personnes non anorexiques. Votre balance et vos proches vous diront avec certitude si vous avez assez mangé. La balance sera votre manière de vérifier objectivement votre reprise de poids. En reprenant du poids régulièrement, il est normal que vous changiez aussi de vêtements. N’hésitez pas à en changer si vous vous y sentez à l’étroit. Rangez, ou mieux, donnez ou jetez vos anciens vêtements devenus trop petits, votre « ancienne peau d’anorexique » comme Mikala nous disait, en se moquant d’elle-même.

Modifiez votre alimentation

Quitter votre anorexie, c’est modifier radicalement vos habitudes alimentaires et reprendre vos anciens comportements alimentaires « oubliés ». Nous vous conseillons de restaurer un schéma alimentaire normal: 3 repas par jour et 2 collations, l’une en milieu de matinée (10-11 h) et l’autre en fin d’après-midi (16-17 h).

• Dans un premier temps, n’espérez pas éprouver du plaisir à manger. Votre peur et votre culpabilité de manger vous empêchent de profiter de vos repas. Les sensations de ballonnement, pendant et après les repas, vous gâchent le plaisir de manger. Mangez donc mécaniquement aux heures de repas, sans chercher dans un premier temps à en retirer le moindre agrément. Si cela peut vous aider, considérez les aliments comme des médicaments qu’il vous faut absorber pour vous soigner.

• Rappelez-vous que vous pouvez manger de tout, en quantité normale. Contrairement à ce que vous pensez, il n’y pas de « bons » et de « mauvais » aliments. Manger est un besoin vital, nécessaire au bon fonctionnement de votre organisme et à votre bien-être psychologique. Pour pouvoir réaliser vos projets de vie, vous avez besoin de soigner votre corps. La nourriture est votre alliée. Ne vous en privez pas. Vous en avez réellement besoin.

• Mangez ce que les autres membres de la famille ou de votre entourage mangent. Évitez de manger des repas particuliers ou des plats « light », spécialement conçus à votre intention. Si vous n’y arrivez pas tout de suite, mangez les mêmes aliments qu’eux, mais en moindre quantité. Éventuellement, pour commencer, donnez-vous de temps en temps la permission de sauter tel plat ou tel aliment, lors d’un grand repas. Évitez de traîner dans la cuisine pendant la préparation des repas et laissez le cuisinier agir comme bon lui semble.

• Manger, c’est aussi partager un moment avec d’autres. Mangez en compagnie plutôt que seule. Pour commencer, essayer de manger avec quelqu’un qui ne vous met pas trop mal à l’aise, expli-
quez-lui son rôle et demandez-lui de s’abstenir de tous commentaires sur votre manière de manger. Demandez-lui de vous aider à affronter l’épreuve du repas, en vous montrant l’exemple de manger.

• Si vous ne savez que manger et en quelle quantité, mangez à l’extérieur et commandez un petit déjeuner standard ou le plat du jour avec une entrée et un dessert. Chez-vous, vous pouvez aussi demander que quelqu’un de confiance vous serve à manger comme si cette personne servait une femme de votre âge non anorexique, par exemple une de vos copines. Vous saurez ainsi ce qu’il convient de manger. Acceptez ce que la personne vous sert, sans vous fâcher. Vous avez le droit de manger ce que vous voulez, tant en quantité qu’en qualité parmi les aliments servis. Demandez à la personne qui vous a servie de s’abstenir de tout commentaire sur votre alimentation. Vous seule portez la responsabilité de manger ou de ne pas manger.

• Essayez aussi de retrouver une durée normale d’alimentation. Ne mangez ni trop lentement, ni trop vite. Ne dépassez pas 30 minutes pour prendre un repas normal. Éventuellement, adoptez la vitesse d’alimentation d’un convive pour vous aider à garder un bon rythme. Veillez aussi à moins couper, chipoter, mélanger… vos aliments. Évitez de masquer la saveur naturelle des aliments par des condiments. Ne buvez pas plus de 1,5 litre en dehors des repas, sauf en cas de grosses chaleurs.

• Prenez, au moment des collations, un supplément nutritionnel liquide de 200 calories. Si vos efforts n’aboutissent pas à une prise de poids après deux semaines consécutives, ce supplément sera indispensable. Vous le prendrez durant plusieurs semaines, en moins de cinq minutes, comme un médicament. Il vous évitera des sensations abdominales douloureuses.

Le livre
L’anorexie n’est pas un mal incurable, comme on l’a longtemps prétendu. Aujourd’hui, on peut soigner cette maladie. Yves Simon et François Nef proposent une méthode pour
• Mettre fin à l’hypercontrôle du poids
• Supprimer les crises de boulimie
• Améliorer son estime de soi
• Changer ses relations avec les autres
• Accepter de reprendre du poids
• Retrouver le goût de vivre
ISBN : 2-7381-1069-X

Pour la première fois, voici un livre qui considère que la personne anorexique peut guérir par elle-même, avec l’aide de son entourage. Non, les anorexiques ne sont pas des malades passifs ou rebelles. Oui, il est possible de s’en sortir et de réapprendre à vivre, durablement.

Les auteurs
Yves Simon est médecin psychiatre. François Nef est psychologue. Tous deux sont spécialistes des conduites alimentaires et des thérapies cognitives et comportementales.

Éditeur
Odile Jacob
www.odilejacob.com

A propos de l'auteur

Alchymed réunit des centaines de spécialistes oeuvrant dans le domaine du développement personnel, des thérapies alternatives, des médecines douces, pour la santé et le bien-être global de ...

Nombre d'entrées : 4140
0 comments

© 2016 Copyright - Les Productions Alchymed inc.

Retour en haut de la page