Vous êtes ici: Accueil » ARTICLES » Manchette » Mes treize années chez Bruno Bettelheim

Mes treize années chez Bruno Bettelheim

J’ai commencé à écrire le 1er septembre 2000, dans un des bureaux du 90e étage, dans une des tours du World Trade Center… Je voulais raconter ma vie, dire ce que j’avais traversé. J’ai aussi voulu raconter la vie des enfants qui furent mes compagnons d’infortune pour qu’ils ne fussent pas oubliés.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai commencé à écrire le 1er septembre 2000, dans un des bureaux du 90e étage, dans une des tours du World Trade Center… Je voulais raconter ma vie, dire ce que j’avais traversé. J’ai aussi voulu raconter la vie des enfants qui furent mes compagnons d’infortune pour qu’ils ne fussent pas oubliés. Les enfants perturbés ne disposent pas suffisamment de traitements thérapeutiques adaptés. J’ai eu la chance de naître à une époque située juste entre celle où on lobotomisait les gens, où on leur infligeait des électrochocs et celle où on les abrutit de substances chimiques. Je tremble quand je pense à ce que mes camarades et moi aurions eu à subir, si nous étions nés plus tôt ou plus tard. Peut-être qu’en décrivant la vie que nous avons menée chez Bruno Bettelheim, je démontrerai la valeur de cette approche, qui m’a conduit à Yale, une des plus grandes universités américaines.

Comment décririez-vous l’École orthogénique ?
C’était un endroit où on respectait les symptômes d’un enfant. L’objectif de l’École, c’était d’aider l’enfant à comprendre sa propre vision du monde. Il n’y avait là ni médicaments, ni verrous sur les portes. Nous étions environnés d’œuvres d’art, d’architecture de qualité, nos repas nous étaient servis dans de la jolie vaisselle, parce que Bruno Bettelheim croyait qu’il fallait donner aux enfants qui souffraient ce qu’il y avait de mieux.

Étiez-vous un enfant autiste ?
Non, j’étais un enfant malheureux et totalement incapable d’établir la moindre relation avec quiconque. J’étais désespérément isolé et ne vivais que dans le fantasme. J’ai toujours eu des capacités intellectuelles intactes, j’ai parlé très tôt, j’ai su lire à deux ans, mais curieusement je n’ai pas su écrire avant un âge canonique, écrire était trop frustrant pour moi. J’avais l’impression d’être un cerveau géant, qui ne ressentait rien d’autre que de la rage.

Comment était Bruno Bettelheim ?
C’était un génie, avec tout ce que ça comporte. Personne ne comprenait aussi bien que lui un enfant perturbé. Il savait deviner ce qui se tramait dans la cervelle d’un enfant paralysé par l’angoisse et il avait une telle personnalité qu’il entraînait tout son personnel derrière lui. En même temps, il lui arrivait d’être sûr de lui, brutal. J’ai éprouvé beaucoup d’ambivalence à son égard pendant quarante ans ! Mais au bout du compte, je reconnais qu’il m’a fait du bien, et que s’il a fallu y mettre le prix, c’est qu’on n’a rien pour rien.

Est-ce que votre enfance vous paraît désormais bizarre ?
Il y a eu des moments terribles, mais curieusement mes années à l’École orthogénique furent aussi les plus saines de ma vie. Nous vivions dans un monde où la morale régnait de façon cohérente. Ceux qui dérogeaient à la règle n’étaient pas jugés, mais compris. Au-delà du travail à accomplir sur soi, un travail extrêmement lourd, il y avait une joie profonde dans le sentiment de participer à une entreprise positive commune. Je me suis rendu compte en écrivant mon livre que j’avais bénéficié à ma façon d’une enfance normale. Car tout enfant doit surmonter des obstacles. Disons que les miens furent plus nombreux et plus hauts…

Le livre
LA MÉTAMORPHOSE – Mes treize années chez Bruno Bettelheim
432 pages
ISBN 2 227 13939-0
Prix : 32,95 $

Résumé
LA MÉTAMORPHOSE est l’histoire d’un succès. Stephen Eliot est diplômé de Yale, l’une des plus grandes universités américaines et il est actuellement banquier à New-York. Mais c’est aussi l’histoire d’une grande douleur écrite dans un style remarquable, direct et haletant. Les mots sont portés par les émotions extrêmes qui ont fait la trame de son expérience. Peut-être que quelque part quelqu’un lira mon livre et y puisera un peu d’espoir, qu’il se dira que si moi j’ai pu m’en tirer, perturbé comme j’étais, il y arrivera lui aussi…

Éditeur
Bayard

Bruno Bettelheim
Stephen Eliot a passé treize ans de sa vie à l’École orthogénique de Chicago créée par Bruno Bettelheim. La méthode du maître a soulevé beaucoup de polémique, d’autant plus qu’il s’est suicidé en 1990. Stephen Eliot est le premier à témoigner de ses années passées dans la plus célèbre institution pour enfants perturbés.

En tournée
Du 14 au 20 mars 2002, l’auteur Stephen Eliot sera en tournée de promotion au Québec. Dans le cadre de la parution de son livre, publié d’abord en France, chez Bayard, puis aux États-Unis en juin prochain, il rencontrera les médias et donnera des entretiens à des groupes restreints liés à la psychologie et à l’éducation.

Pour plus d’information:
Claudette Lambert
Tél. : (514) 278-3020 (poste 243)
Téléc. : (514) 278-0072
Courriel : [email protected]

A propos de l'auteur

Alchymed réunit des centaines de spécialistes oeuvrant dans le domaine du développement personnel, des thérapies alternatives, des médecines douces, pour la santé et le bien-être global de ...

Nombre d'entrées : 4140
0 comments

© 2016 Copyright - Les Productions Alchymed inc.

Retour en haut de la page